Droits des handicapés au Burkina Faso

En première ligne pour les droits des handicapés
au Burkina Faso

« Né handicapé visuel, j’étais une honte pour mes parents. Longtemps ignoré et rejeté, j’ai finalement pu étudier dans un centre spécialisé grâce à un enseignant qui a convaincu mon père. Aujourd’hui diplômé, je ne peux trouver de travail car l’Etat refuse d’employer des handicapés. Alors pourquoi m’avoir envoyé à l’école ? »

Photo (BRK11DJ-1) : Abraham Kologho.

Par Gladys Guienguéré, chargé de la communication et des relations publiques
à l’Alliance Biblique du Burkina Faso

C’est pour répondre à ce cri du cœur d’Abraham Kologho et de milliers d’autres Burkinabés souffrant d’un handicap que l’Alliance biblique du Burkina Faso (ABBF) a lancé en mars dernier une campagne pour la sensibilisation aux droits des personnes handicapées.

Soutenue par l’Union européenne

La campagne, basée sur la Bible et soutenue par l’Union européenne, s’inscrit pleinement dans le cadre de la mission de l’ABBF : celle-ci milite en effet pour une prise en compte holistique de l’être humain afin de lui assurer une existence digne.

« Cette campagne vient renforcer les efforts déjà réalisés par l’ABBF, précise Dramane Yankiné, son secrétaire général. Ainsi, l’ABBF développait déjà des programmes d’alphabétisation fonctionnelle avec d’autres structures associatives.

A ce jour, plus d’une centaine de personnes déficientes visuelles ont bénéficié de ces programmes et ont suivi des formations au tissage et à la culture maraîchère en vue de favoriser leur insertion sociale. »

Une troupe de théâtre

La campagne sera animée par une troupe de théâtre associant personnes en situation de handicap et valides.

Son objectif sera d’informer les handicapés, les structures associatives, les autorités et les Burkinabés en général sur les droits de la personne handicapée.

Il y a urgence : la précarité de leurs conditions de vie, la marginalisation, un nombre insuffisant de centres spécialisés, la difficile accession au crédit et un taux de chômage élevé sont quelques-unes des difficultés auxquelles les handicapés burkinabés sont confrontés chaque jour. Or cette situation est due en partie à la méconnaissance des différents textes de loi existants. Il ne fait donc aucun doute que la campagne de l’ABBF changera les mentalités.