Sept (7) femmes de la Bible qui ont répondu « oui » à l’appel de Dieu

A l’occasion de la Journée Internationale de la Femme célébrée  le 8 Mars dans le monde entier, l’Alliance Biblique du Burkina Faso vous propose de découvrir les portaits de sept (7) femmes qui ont répondu à l’appel de Dieu et qui sont aujourd’hui citées comme des exemples dans la Bible, Parole de Dieu.

Déborah, Marie, Esther, Priscille, Anne, Ruth, Dorcas, Rahab … la Bible regorge de récits de femmes qui ont été utilisées par Dieu pour l’accomplissement de Son œuvre. Empreintes d’humilité, de persévérance, de foi, d’obéissance, de générosité, toutes différentes, leur point commun est d’avoir répondu « oui » à l’appel de Dieu. Elles se sont laissées utilisées par Dieu et ont impacté grandement leur génération.

-         Anne la prophétesse, une femme de 84 ans qui sert Dieu

A 84 ans, elle ne quitte pas le temple, prie et jeûne. Elle rencontre Jésus et ses parents 40 jours après sa naissance, lors de la présentation dans le temple. Elle remercie Dieu, exerce son ministère de prophétesse en parlant de l’enfant à tous ceux qui attendent la libération de Jérusalem. (Luc 2 :36-38)

Elle a été veuve jeune, et a dû faire face seule aux problèmes de la vie. C’est en Dieu qu’elle a puisé sa force. Elle  a eu Dieu pour famille, le temple pour maison, la prière et le jeûne pour occupation : une vie bien remplie !

-   Marie, la mère  de Jésus

Elle habite à Nazareth, en Galilée, est fiancée à Joseph, de la famille de David. Un ange vient chez elle, porteur d’une grande nouvelle : elle va devenir la mère du Messie ! Une conception miraculeuse, divine, annoncée depuis plus de 700 ans (Esaïe 7.14). Son séjour chez Elisabeth, son magnifique cantique de louange à Dieu ; puis la naissance de Jésus, l’hommage des bergers, l’adoration des mages, la fuite en Egypte, la recherche de Jésus resté dans le temple à l’âge de 12 ans, sa présence au mariage à Cana ; sa venue avec les frères de Jésus pour essayer de raisonner Jésus et sans doute de lui faire abandonner ses idées ; enfin près de la croix et  avec les disciples à Jérusalem. Marie connaît une vie de souffrance : sa douleur face à l’agonie de son fils sur la croix est intense, telle « une épée qui la transperce », comme Siméon lui a annoncé Luc 2.35).

Une femme au cœur humble, qui a  accepté le plan de Dieu pour sa vie avec confiance,  un exemple de foi et de prière.

- La Veuve de Sarepta, une femme sans protection

Cette femme ramasse du bois pour préparer un ultime repas pour elle et son fils,  avec un reste de farine et un peu d’huile. Elle ne se doute pas que Dieu garde un œil sur elle. Il lui envoie Elie qui lui demande une chose incroyable : renoncer à ce dernier repas et lui préparer d’abord un petit gâteau.

Dieu honore l’hospitalité  de cette femme puisqu’il va renouveler la farine et l’huile. Mais elle va ensuite traverser une terrible épreuve avec la maladie, la mort de son fils. Une veuve est une femme sans protection, le jour où son fils unique décède, elle perd son avenir. Comme Jésus plus tard avec la veuve de Naïn, Elie rend la vie au fils de cette veuve. (1 Rois 17 :8-24)

L’hospitalité  et la générosité de cette femme sont sans limite.

-         Priscille, une femme qui ouvre sa maison

Mariée avec Aquilas, ils sont  toujours ensemble, parfois l’un nommé en premier, parfois l’autre. Ils s’installent à Corinthe après avoir été expulsés de Rome avec les autres Juifs par l’empereur Claude. Ils font la connaissance de Paul, l’accueillent dans leur maison et rependant l’évangile avec lui. Puis le couple embarque  avec Paul jusqu’à Ephèse et accueille la communauté chrétienne dans sa maison. Après la mort de Claude, ils rentrent à Rome et ouvrent leur maison aux chrétiens de la ville.

Une femme dévouée, fidèle, instruite dans les Ecritures, engagée auprès des païens et courageuse Elle fait face à de nombreux défis : exil, voyages longs et difficiles, pouvoir aux besoins des apôtres, persécution. Elle risque sa vie pour Paul et ses compagnons.

- La Sunamite, une femme généreuse

Cette femme juive riche, habite au nord de Jizréel, sur la route de Nazareth à Jérusalem. Elle accueille Elisée et lui fait une place dans sa maison. Celui-ci  n’hésite pas à y venir chaque fois qu’il passe par Sunem.  Il lui fait demander par son serviteur Guéhazi ce qu’il peut faire pour elle et lui promet un fils. Le garçon grandit et est soudainement pris de violents maux de tête alors qu’il est avec son père et les moissonneurs. Son père le remet à un serviteur pour que celui-ci le porte à sa mère. Lorsque l’enfant meurt, sa mère s’empresse de chercher du secours auprès d’Elisée seul. Elle demande un moyen de transport à son mari. Celui-ci ne pose aucune question sur la santé de leur fils. Alors qu’il s’étonne qu’elle souhaite aller trouver le prophète elle lui répond « tout va bien ». Son fils lui sera rendu, vivant.

Hospitalière, généreuse, énergique ; elle n’avait pas d’enfant mais elle s’est dévouée pour les autres.

-         Esther, une femme courageuse

Jeune fille juive orpheline, élevée par son oncle Mardochée en territoire perse. Après la répudiation de la reine Vasthi, la recherche d’une nouvelle reine commence. Esther fait partie des candidates recherchées et suit tout un programme de soins pendant une année. Séduit par sa beauté, le roi Assuérus la choisit pour épouse. Sur les conseils de son oncle, Esther ne dévoile pas son origine. Lorsque Haman, le conseiller du roi, exige qu’on se prosterne devant lui, Mardochée refuse. La colère d’Haman contre un seul homme s’étend contre tout un peuple. Il convainc le roi d’exterminer tous les Juifs du royaume : le temps d’Esther est venu !

Jeune fille pleine de sagesse et d’humilité : elle écoute les conseils de Mardochée alors qu’elle est élevée à une haute dignité. Commençant par refuser de parler au roi, elle découvre en elle un nouveau trait de caractère : le courage de risquer sa vie pour sauver son peuple.

-         Lydie, une femme attentive

Venue d’Asie (Thyatire), Lydie s’est installée à Philippes, capitale de la Macédoine au nord de la Grèce et colonie romaine. Elle y tient un commerce. Cette femme non juive adore Dieu. Pas de synagogue dans cette ville ? Lydie prie avec les femmes au bord de la rivière.

Paul et ses compagnons arrivent à Philippes. Venu de Troas (au nord d’Izmir aujourd’hui), le groupe pénètre pour la première fois en Europe. Le jour du sabbat, ils se rendent à l’extérieur de la ville, au bord d’une rivière où ils pensent trouver un groupe de prières. C’est là qu’ils rencontrent Lydie et les autres femmes, s’assoient et leur parlent.

Dieu ouvre le cœur de Lydie, et la rend attentive aux paroles de Paul. Elle reçoit le baptême avec toute sa famille : Lydie est la première chrétienne d’Europe !

Elle gère une entreprise de luxe : elle est marchande de pourpre, des tissus rouges dont le colorant, fabriqué à partir de coquillages, est une matière coûteuse.  Cette situation, exceptionnelle, lui a donné l’occasion de voyager, de connaître Christ, de posséder une maison

Hospitalière, fidèle dans la prière, elle exerce un effet positif sur tous ceux qui dépendent d’elle. Elle invite le groupe de Paul…enfin, elle les « force d’accepter » !  C’est une femme douée, habituée à diriger les employés de son commerce. Rapide à prendre des décisions, sa personnalité a pu rayonner dans les communautés chrétiennes !

Quand Paul et Silas sortent de prison, ils repassent chez Lydie.  Ils y rencontrent des frères et sœurs chrétiens : Lydie n’a pas perdu son temps, elle a créé autour d’elle une église de maison. Actes 16:40

Source: « Les femmes de la Bible.com »

Speak Your Mind